Enseignement

Genèse & création du premier Homme

Devenu médium après un long parcours initiatique qui l’a révélé à lui-même, Ganji a reçu de son guide céleste Iurikan le récit incroyable de nos origines. Dans cet extrait, vous pourrez découvrir l’histoire de l’ange noir (Lucifer), de son oeuvre sur Terre, la naissance de l’humanité, l’intervention de la déesse Ea et l’origine du grand Déluge. Vous pourrez observer d’étonnantes similitudes entre ce témoignage et les récits de la Bible et de l’Hypostase des archontes (récit gnostique de référence).

Genèse du monde

Lorsque le souffle Divin eut créé l’Univers, il envoya ses émanations aux quatre coins. Toute direction fut fécondée de sa réalité intime, de son Mystère. Le silence était équilibre et la furie action. C’est ainsi que certains astres dont notre Terre, furent imprégnés de cette divine alchimie et prirent Vie. L’Intelligence prit forme et se déchargea aussi bien à sa surface qu’en ses profondeurs, façonnant l’esprit originel de notre matrice; pure fantaisie de couleurs et de formes.

La chute de l’Ange noir (Lucifer)

Mais l’un de ses esprits s’éloigna de l’Origine. En son isolement, il se perdit. Il se troubla. Excès de zèle et démesure le fourvoyèrent et il trouva notre astre terrestre comme unique consolation. Éternel et lumineux, il prit possession de la Terre et la souilla. En proie à l’envie grandissante, il y répandit sa semence. Son énergie très puissante est noire car elle prend racine dans des forces de possession, de séduction et d’attraction. A mesure que son règne prenait en vigueur, il se corrompait, devenant malade, ignorant, sec et aveugle, sans toutefois rien perdre de sa puissance. Il se durcit, sombra dans l’obscurité la plus profonde jusqu’à se séparer définitivement de la Source originelle. Il continua à déverser sa semence et des légions le suivirent, trouvant refuge dans ses ténèbres. De nouvelles identités vinrent au monde, innombrables beautés, monstrueuse créativité.

La naissance des archontes (démons)

L’invisible copulait, la matière régurgitait de salamandres assoiffées de pouvoir et de férocité. L’exquise intelligence de domination et de possession était née, si attractive, et séduisante. Comme il était bon de se savoir dieu créateur; jubilation folle et effrayante. Dans sa démesure aveugle, un ballet de monstres fut créé.
L’imprégnation de son énergie dans le corps terrestre fut la première copulation, le seul véritable péché originel, où la Terre fut fécondée par la folie merveilleuse de ces anges de lumière, séparés du Divin et convertis à la jouissance de la création sans nom.

Premier enfantement en son sein avorté, malade et névrosé ; vous le nommez Satan. Il est avec ses légions, le créateur d’un monde de formes et d’esprits aussi vaste que sa folie mégalomane. Sombre et inattendu, libre et déchu, son esprit se subdivisait, croissait. Il se nourrissait de as propre création. Sa nature destructrice et pestilentielle imprégna donc toutes formes de vies biologiques comme celles des dinosaures et autres sauriens. À leur tour, ces formes se subdivisaient continuellement, se complexifiant sans cesse, maîtresses en des terres nourricières. En disparaissant, elles créaient d’autres subdivisions se son esprit. Ainsi coexistèrent bientôt une multitude d’esprits malades en croissance constante. À l’image de leur père, ils régnaient et étaient coupés de la Source, hantant la Terre, souillant d’autres formes de vie.

Parmi ces esprits se trouvaient entre autres :

  • Les esprits qui prennent forme par la naissance biologique
    – Les esprits désincarnés errants
    – Les forces noires (archontes) : anges déchus, pervertis par l’Ombre et devenus démons

L’esprit de Gaïa en lutte

La Terre, jardin magnifique, était le théâtre d’horreurs sans nom où enfantements et affrontements de forces titanesques perduraient: spectacles monstrueux, carnassiers et criminels. Et tout cela fut bien avant l’apparition même du premier être humain. Ces temps durèrent infiniment longtemps. Leur règne s’étendit sur des millions d’années avant que n’apparaisse l’espèce d’humanoïde. L’esprit de Gaia demeurait pur et ne cessait de rompre les chaines de monstruosité. Satan n’a jamais su sceller d’union avec Elle, son désir fut si souvent rejeté. Ainsi, il copulait avec sa propre création.

À l’origine de la civilisation Sumérienne

Bien plus tard, des civilisations extraterrestres s’étant développées en d’autres endroits de l’Univers, elles furent elles-mêmes rongées puis dévastées par l’esprit de division et de querelles. L’une de ces races avait perdu le contrôle de son règne et fut chassée de sa planète par des gaz toxiques pour avoir semé la mort. Il s’agissait d’une horde de magiciens noirs, civilisation très avancée (celle de Iurikan) scientifique et occulte qui possédait des pouvoirs éthériques admirables. Ils durent, pour leur survie, abandonner leur astre. Poussés à travers les vides illimités, ils errèrent longtemps dans le vaste espace, avant d’être guidés par la grande maîtresse divine Ea jusqu’à ce joyau, notre patrie à tous. Les âmes de tout temps sont protégées et il en était de même pour ces magiciens.

Personnages très puissants, à la stature gigantesque, nous les nommons aujourd’hui Dieux des anciens sumériens et égyptiens. Il n’y avait pas que des gens mauvais dans cette communauté mais il s’agissait à la base d’une civilisation de conquérants. À l’affût de sources d’énergie, ils s’épanouiraient rapidement en Gaïa, ne trouvant aucune opposition pendant longtemps. Car la Terre regorgeait d’énergie. Le potentiel était énorme. Et ils travaillaient les forces comme les sorciers pouvaient le faire, de façon occulte et magique. Ils avaient également leurs sages. Ils flairèrent tout de suite une possibilité de conquérir la Terre car elle était « vierge » et possédait des possibilités énergétiques et climatiques compatibles avec leurs besoins. Leur démarche s’apparentait assez avec celle de vos entrepreneurs actuels.

La déesse Ea, mère protectrice de l’humanité

Ea, souffle d’Intelligence divine, mère de la vraie Beauté, pactisa avec Satan afin de permettre à ses protégés de vivre en paix, à l’ombre du chaos putride des corps en folie. Elle eut toutes les peines du monde à le convaincre car il ne parlait même plus la même langue. La mort et la haine étaient devenues son seul mode d’expression. Raffiné certes, subtil, mais définitivement opposé à l’Intelligence divine.

Assez rapidement et ce, malgré quelques timides résistances, il y eut un effet d’attirance, de fusion d’abord ponctuelle, puis une alliance, qui se généralisa au sein des communautés scientifiques, des prêtres du Clergé ; entre les pontes du pouvoir et Satan, le félon. Une sympathie s’établit entre leurs stratégies respectives. Ils décidèrent donc de créer une alliance énergétique invincible. Ce pacte secret scella un accord invincible, formant la première coalition du « Mal ». Ils se détournèrent peu à peu de leur inspiratrice et protectrice, la déesse Ea, pourtant seule véritable émanation de l’esprit divin originel.

Cette civilisation pénétra en grand nombre ce sanctuaire et les magiciens édifièrent des Cités sur cet astre « vierge » en des lieux pouvant maintenir leur équilibre de vie. La conquête fut facile, possédant des capacités ingénieuses de maîtrise de la matière. Ces cités brillaient par leur démesure. Mais en leur sein, ils demeuraient isolés.

Les élites prenaient en tenailles les complexes urbains. Grandioses, les cités érigées en différents pôles de la Terre étaient chacune dirigées par des maîtres tous puissants puisque soutenus par les démons qui imprégnaient leurs corps et leurs esprits, leur conférant l’illusion du Sublime destructeur. Le système à la structure pyramidale était basé sur le contrôle et l’exploitation de différents types d’énergie (éthérique et matières premières). Ces accords permirent une absolue maîtrise des chantiers et des programmes. Malgré de nombreux soulèvements, des scissions et des mouvements syndicalistes fortement politisés, ils demeuraient globalement tous très puissants et invincibles.

La naissance du Bien et du Mal

Enfin, le Divin envoya sur Terre une vague inspiratrice puissante qui engendra la dualité: le « Bien » et le « Mal». Il y eut alors une confrontation primordiale entre les forces maléfiques redoutables et les forces influencées par l’esprit de la Terre. Ce fut le premier grand affrontement, une espèce de guerre civile. La force dominatrice se retrouva en sous nombre, prête à se faire évincée. Mais les membres du clergé, inspirés par les forces rusées, proposèrent un accord pour calmer et amadouer les populations insurgées. Ils lancèrent le concept très actuel de « qualité de vie » et proposèrent la création d’une masse d’esclaves à la disposition des syndicats. L’idée était de créer un humanoïde qui effectuerait toutes les tâches ingrates auxquelles les populations répugnaient. La création humaine fut présentée comme la promesse d’une paix durable. Ainsi le système pyramidal n’aurait pas à en souffrir.

Entre temps, la création de l’espèce humaine était en route. Le programme fut mis en place par les hauts dignitaires scientifiques (magiciens noirs), le fameux Clergé. Beaucoup d’expériences ratées se succédèrent avant l’enfantement du premier homme digne de ce nom. Après ces tentatives avortées de croisement génétique de la civilisation extraterrestre avec des espèces endémiques dites « inférieures » (les animaux), ils eurent l’idée redoutable de prendre comme base un hominidé « domesticable », performant techniquement qu’ils fusionnèrent avec une partie de leurs gènes. Cet hominidé est l’ancêtre que nous connaissons tous sous le nom de « Homme Neandertal ». Ils créèrent un véritable monstre, un total échec. Mais il n’était pas loin d’être humain. Les premières créations étaient étonnantes mais trop primitives, pas assez performantes. Ce furent plutôt des monstres à l’image de leur cruauté et de leur bêtise. Enfin l’avènement tant espéré vint. Une nouvelle race peu gaillarde car dénuée d’âme, de lumière divine, fut développée et bientôt, les cités furent inondées de ces êtres serviles.

Magiciens puissants et syndicats fraîchement « libérés » se tolérèrent dés lors dans une paix toute relative. Une paix au prix de cette monstruosité. Très proches des traditions indigènes et de leurs croyances, les syndicats avaient quant à eux pactisé avec des « maîtres de la nature », esprits de la Terre, que certains hominidés terrestres avaient exposé à leur civilisation. Armés de la sagesse de Terre et imprégnés de chamanisme primordial, des communautés se développèrent et prirent du poids avec les années. Les cultes du Divin allaient bon train et on ne voulait plus de l’ordre dominant. D’un côté, trônaient les membres du Clergé, autorités satanistes, de l’autre un peuple plus pacifique, tourné vers le Divin et l’Esprit de la Terre. Durant cette période, l’Esprit de la Terre pu se renforcer considérablement et influencer cette civilisation. C’est ainsi que progressivement, elle les poussa de nouveau à la rébellion.

L’origine du grand Déluge

Il y eut alors l’arrivée d’un personnage très inspiré, répondant aux prières. Ce grand mystique en mission, envoyé au secours de l’Esprit de la Terre, devint un haut dignitaire des « syndicats ». Il gagna très vite en popularité. Il devait proposer ses compétences scientifiques pour améliorer le projet. Mais il avait un plan inspiré par l’Esprit de la Terre : infiltrer des étincelles divines dans ces corps artificiels. Il s’ensuivit alors la création des premiers humains « non castrés », lumineux, possédant un véritable corps éthérique parfaitement opérationnel. Le plan était subtil, il s’agissait de restaurer les plans et l’esprit du Divin au sein même d’un milieu qui l’avait totalement rejeté !

Ce peuple croissait rapidement vers le Divin et s’en imprégnait profondément, devenant une menace pour les forces en place, en quelque sorte un mouvement terroriste. Evidemment, les autres dignitaires (magiciens du Clergé) n’apprécièrent pas du tout cet humain jugé dangereux. Ils décidèrent de tout raser, ne laissant aucune forme de vie urbaine survivre. Avec l’aide des forces démoniaques, ils provoquèrent un grand Déluge, auquel l’Esprit de la Terre elle-même dû se plier…

Ganji et Iori

Chamanisme, Enseignement,