Enseignement, Témoignages

Mon initiation à l’Iboga au Gabon

Je vous dévoile dans cet article la 1ere étape de mon initiation à l’Iboga, le Bois Sacré, lors de mon récent voyage au Gabon. Une initiation riche en surprises et en révélations !

Le temple du Nganga gabonais : le lieu du mystique

La veille de mon initiation, le Nganga me donna rendez-vous le lendemain à son temple. Pour celles et ceux qui n’ont pas lu la 1ere partie de cet article, Rencontre avec le Bois Sacré, j’ai rencontré ce chamane gabonais dans la campagne reculée, à quelques dizaines de kilomètres de Libreville, capitale du Gabon. Il était assis devant son temple, où il reçoit ses patients, malades et futurs initiés, pour leur dispenser des soins et leur transmettre des préparations faites sur-mesure avec la pharmacopée traditionnelle locale (plantes et écorces récoltées en brousse). Ce sont pour la plupart des remèdes qui traitent le « mal » d’origine « mystique », comme on l’appelle au Gabon, c’est-à-dire les mauvais sorts, le mauvais karma, et les malédictions responsables de maladies incurables et de problèmes récurrents en argent, amour, santé.

Le temple du Nganga, c’est aussi l’endroit où ont lieu les cérémonies initiatiques avec l’Iboga. Le sien était bâti sur un vaste terrain, ombragé de-ci delà par de très grands arbres, apportant un peu de fraîcheur indispensable aux lieux. Un bien bel endroit à vrai dire, situé au milieu d’un paysage luxuriant, en retrait de toute civilisation, à l’orée de la foret. En s’y enfonçant, on y découvrait des arbustes d’Iboga plantés par le Nganga lui-même et la rivière sacrée où il baignait ses futurs initiés, qui prendraient alors le nom de « Banzis ».

Mon parcours avec l’Iboga : une histoire d’amour

Cela fait 16 ans à présent que j’ai été initiée pour la 1ère fois à l’Iboga et que je pratique régulièrement ses vertus sacrées. J’ai vécu des dizaines de « voyages », des explorations souvent difficiles, parfois effrayantes, au cœur de mon karma familial, de mes vies antérieures, de mes blocages et peurs les plus intimes, mais également des expériences sublimes et mystiques au cœur du Sacré, au plus proche du Divin… Je suis passée par des guérisons inoubliables, des interventions chirurgicales étonnantes (voir mon article sur la chirurgie énergétique), j’ai été époustouflée par la science absolue et la bienveillance infinie de l’Iboga, lorsqu’elle s’associe à l’Esprit Saint. En effet, il est selon Ganji et moi absolument indispensable d’associer la prise des plantes à une préparation spirituelle, qui permet d’associer l’Esprit Divin au « voyage chamanique ». Cela non seulement nous protège mais amplifie considérablement la puissance guérisseuse et transformatrice de l’Iboga. C’est ainsi que j’ai connu en 15 ans bien des épreuves, mais aussi de merveilleuses victoires. Malgré tout, ce matin là j’avais peur. Je n’étais pas rassurée, pressentant une expérience qui irait au-delà de tout ce que j’avais connu.

Le jour de mon initiation au Bois Sacré

La journée fut longue. Le Nganga demeurait muet, ne m’expliquant rien, lui qui s’était montré si bavard et chaleureux la première fois. Je patientai des heures dans le silence et le vide, accablée par la chaleur, l’anxiété et la faim. Au cours de l’après-midi, il envoya son disciple et fils spirituel me mener à la rivière pour m’y baigner.

L’endroit était enchanteur. Tout d’abord, la fraîcheur me fit un bien immense. Puis en arrivant au bord de l’eau, je fus saisie par la beauté d’un oiseau bleu turquoise. Médusée, je le regardai demeurer près de moi alors que je commençai à me baigner. Il entama un chant très joyeux, comme pour me rassurer, il mit de la gaieté dans mon cœur inquiet. L’eau était belle, il y avait à certains endroits au moins 1 mètre de profondeur, et j’étais ravie de m’y baigner ! L’apprenti Nganga avait amené un sceau rempli de plantes choisies pour leurs vertus mystiques et je devais me laver avec. Il m’expliqua comment. Tout était ritualisé, je devais prendre plusieurs bains en priant à chaque fois. Cela m’occupa un temps et me fit du bien. J’avais besoin d’un peu d’action !

Puis je retournai au temple patienter, étendue sur une natte, je me reposais. À nouveau la solitude et le silence furent ma seule compagnie, et je replongeais dans la perplexité, me demandant si j’avais bien fait d’accepter cette invitation. Personne ici ne s’intéressait à moi, je semblais totalement invisible. Mais je me persuadais tant bien que mal que cela faisait partie de l’initiation, que c’était en soi une épreuve pour mon égo de blanche privilégiée trop gâtée !

Ma cérémonie initiatique

Minuit, l’heure de la cérémonie arriva finalement. De nombreux invités venus chanter et danser pour l’occasion s’étaient amassés dans le temple, 2 autres candidats à l’initiation étaient également arrivés. Un enfant aux yeux de biche vint me trouver et s’assit près de moi, il me prit la main et mit sa petite tête contre mon épaule, enfin je me sentais moins seule ! Le temple avait été richement décoré en notre honneur, il était magnifique et très gai. Bientôt, les festivités commencèrent et je fus assez fascinée par le spectacle qui s’offrait à moi.

À tour de rôle, différents personnages en costume firent leur entrée en scène, certains crachaient du feu et dansaient avec des torches enflammées, d’autres habillés en prêtres/soldats avaient un air beaucoup plus solennel et se déplaçaient lentement, battant l’air avec leur épée à la façon d’un art martial. On eut presque dit des samouraïs… La femme du Nganga était présente, costumée et méconnaissable. Assise au centre, un enfant sur les genoux, elle incarnait la vierge Marie aux côtés d’un personnage qui ressemblait à un prêtre. C’est elle qui lançait les chants et rythmait la cérémonie. Sa voix était puissante et claire.

Finalement le Nganga fit lui-même son apparition mais je ne le reconnus pas tout de suite. Il était déguisé en vieillard, courbé, il portait un large chapeau à franges qui ne laissait pas transparaître son regard et s’appuyait sur un long bâton pour se déplacer. Il dégageait à présent tout autre chose que le Nganga, comme s’il s’agissait d’une autre personne ! C’était l’esprit de l’ancêtre qui avait pris corps en lui. Et c’est lui qui allait diriger toute la cérémonie, il « voyait » au-delà des apparences, auscultait les futurs initiés, répondait aux questions. Parvenu au centre du temple, il prit place, salua les convives et se présenta lui-même comme étant l’esprit d’un Saint chrétien très connu. J’avoue que j’eus du mal à le croire… Très curieux, il nous interrogea à tour de rôle pour connaître les motifs de notre présence. Puis il nous dit que nos vœux seraient exaucés. À une condition cependant, il fallait lui rendre visite dans « son village » et le suivre… Je compris plus tard que son village se trouvait dans l’au-delà car ce personnage à qui je m’adressais n’était plus de ce monde !… Il était aussi très bavard, autoritaire et imbu de lui-même, je lui trouvai bien des tares pour un Saint. Il n’hésitait pas à révéler des détails gênants sur la vie et les mœurs de certaines personnes présentes, les apostrophant quelques fois sur leurs comportements, et les exhortant à changer d’attitude avec véhémence. Il m’amusait car ses remarques sur le mauvais caractère ou les vices cachés de certains participants faisaient mouche à chaque fois !

Mon initiation à l’Iboga vire au cauchemar

Après avoir avalé l’écorce sacrée d’Iboga, il se passa une petite heure avant que les effets de la plante se fassent sentir. On nous emmena dans une sorte de chambre, située à l’arrière du temple. Il y avait là près de 5 ou 6 personnes qui dormaient. Ce qui était fou car, à l’extérieur, la musique, les tambours, les chants continuaient de plus belle. Ces personnes étaient là pour s’assurer que tout se passait bien. Je fus dépitée de voir 1 seul sceau pour nous tous. La femme du Nganga nous dit que si nous avions besoin de vomir, d’uriner ou plus, il faudrait faire dedans ! La pudeur n’était manifestement pas de mise… Très rapidement j’eus envie de vomir et j’utilisai le sceau, puis je me couchai sur la natte. Nous avions pour consigne de ne pas nous allonger sur le dos, il fallait se mettre sur le côté, et poser notre tête sur une balle de foot. Évidemment c’était extrêmement inconfortable. Je voulus finalement m’asseoir en tailleur mais on m’en empêcha.

Toutes les 10 minutes, le Nganga, ou plutôt son ancêtre, surgissait brusquement dans la pièce, suivi de ses fils spirituels, et venait nous interroger. OÙ en étions-nous dans notre voyage ? Pourquoi il ne me voyait pas ? Est-ce que j’avais bien suivi les repères qu’il m’avait donné ? Il voulait absolument que je le rejoigne dans son village, il me donnait des instructions, des prières pour accélérer mon arrivée dans son monde… mais je refusais chaque fois catégoriquement, essayant de le rassurer, lui expliquant que j’avais déjà un guide et que tout allait bien. Les effets de l’Iboga battaient leur plein et je n’avais pas besoin d’un autre guide : l’esprit de la plante et celui de Iurikan (mon ange gardien si vous préférez), étaient déjà à mes côtés et avaient pris en main mon voyage. L’intrusion répétée du Nganga et de ses acolytes contrariaient le travail en cours et me perturbait énormément. Je voyais tant de choses, le travail était si profond… Cela me désolait et m’irritait d’être tirée sans cesse de mon voyage.

Révélation : comment les « ancêtres » utilisent le pouvoir de l’Iboga

L’Iboga me dit de rester fidèle à l’Esprit Divin, cad à l’esprit de mon guide Iurikan qui est une entité divine, qu’il ne fallait pas suivre cet esprit obscur (l’ancêtre), qui n’était pas ce qu’il prétendait, qu’il allait m’emmener dans le monde des morts et des entités négatives, qui me donneraient des pouvoirs et exauceraient mes vœux. Seulement en contrepartie, je deviendrai à jamais leur esclave. Oppressée par leurs interrogatoires harcelants et la musique des tambours battants – décuplée car j’étais totalement sous effets – je commençai sérieusement à angoisser. Jusqu’où allaient-ils me forcer, combien de temps encore, quels moyens emploieraient-ils pour m’amener de force dans le monde des esprits ? Mais il n’en fut rien.

Après une énième protestation de ma part, le Nganga investi par son ancêtre me demanda si j’étais satisfaite de mon voyage malgré tout, je le rassurai et ses fils me dirent que c’était le principal. Ils se retirèrent enfin et je demeurai au calme. J’aurais souhaité qu’ils le comprennent plus tôt ! Tout le monde alla dormir. Les 2 autres banzis s’étaient endormis et les « surveillants » aussi. Moi évidemment je ne pouvais pas dormir, j’avais été soumise à trop de stress. Mais après un certain temps, l’Iboga me rassura et me fit comprendre que le « vrai » travail allait pouvoir commencer, j’allais devoir m’armer de courage, une guérison des plus capitales pour le restant de mes jours m’attendait. Je n’étais donc pas au bout de mes peines ! Seulement j’étais déterminée à aller au bout et à revenir victorieuse: on ne va pas tous les jours en Afrique, sur la terre de l’Iboga !

Suite et fin au prochain épisode! Je vous y dévoile une expérience puissante et transformatrice avec une guérison karmique des plus capitales à la clé… 😉

Iori

Chamanisme, Enseignement, Témoignages,
, ,

Démarrer un chat
Des questions ?
Pouvons-nous vous aider ? N'hésitez pas à nous solliciter :) Ganji et Iori