Santé corps et esprit

Iboga et trouble du stress post-traumatique : quels résultats ?

Vous souffrez de trouble du stress post-traumatique ? Il existe une alternative au traitement chimique : la thérapie par l’Iboga.

Grâce aux puissantes propriétés anti-addictives de l’Iboga, les patients peuvent désormais vaincre leur addiction mais également traiter un large spectre de maladies mentales incluant la dépression, l’anxiété et le trouble du stress post-traumatique.

Qu’est-ce que le trouble du stress post-traumatique (TSPT) ?

Le trouble du stress post-traumatique (TSPT) se caractérise par un ensemble de perturbations, symptômes, réactions extrêmes, incontrôlables et dysfonctionnelles, qui surviennent après un événement traumatisant. De plus en plus courant, ce syndrome touche les personnes qui ont vécu des expériences potentiellement mortelles et/ou traumatisantes et dont les symptômes perdurent plus d’un mois après l’événement déclencheur. Ces troubles provoquent une grande souffrance morale et des complications physiologiques qui déstabilisent profondément la vie personnelle, sociale et professionnelle. Les traumatismes liés à la guerre, à la violence familiale et/ou sexuelle, la perte brutale d’un être cher, les maladies graves et les accidents traumatiques sont autant de facteurs déclencheurs des troubles du stress post traumatique.

Les principaux symptômes du TSPT

Le TSPT entraîne des changements physiologiques et psychologiques qui se traduisent par de nombreux troubles de la personnalité et symptômes. L’un des plus courants est le syndrome du « Fuir ou combattre », celui-ci se déclenche inopinément en raison des changements biochimiques qui s’opèrent dans le cerveau. La personne revit intensément, de façon émotionnelle et biochimique, l’événement traumatique survenu, son esprit et son corps réagissent comme s’ils étaient en situation d’extrême danger, ce qui provoque une décharge de cortisol dans le métabolisme. Les grands traumatisés souffrent également de schémas de pensée intrusifs, obsessionnels et compulsifs, car le stress post-traumatique pervertit les processus de pensée habituels en générant de nouveaux schémas neurologiques qui sont pathologiques et qui s’enracinent profondément dans la psyché. En outre, ces personnes perçoivent de nombreuses situations comme étant menaçantes, elles sont donc constamment sur le qui-vive et font très souvent face à la peur, ce qui renforce ces schémas de pensée pathologiques. Cette façon d’être, de percevoir le monde et de réagir devient finalement une habitude qui prend des allures de « normalité ».

La peur-terreur latente et omniprésente produit bien d’autres symptômes encore : cauchemars, terreur nocturne, insomnie, anxiété, engourdissement général, irritabilité, évitement, excitation émotionnelle accrue, ainsi que divers changements biochimiques du cerveau et du comportement. Aussi, ces personnes développent fréquemment une sorte de pare-feu psychologique, un système de filtrage de la pensée qui bloque les images des souvenirs et provoque la libération de cortisol pour préserver leur équilibre. Assaillies par de telles violences morales et physiologiques, les victimes de trouble du stress post-traumatique ont souvent recourt aux drogues et aux médicaments chimiques pour juguler les symptômes les plus envahissants. Par conséquent, en plus du trauma et de ses conséquences, elles doivent faire face à l’addiction, à la distorsion de la réalité, à l’isolement et à l’inadaptation sociale que cela entraine.

Iboga et troubles du stress post-traumatique : les résultats

L’Iboga, petit arbuste originaire d’Afrique équatoriale, est une plante chamanique sacrée reconnue depuis longtemps pour son étonnante capacité à traiter l’addiction à diverses drogues, dont l’héroïne : non seulement elle supprime les symptômes et le manque, mais elle traite le mal à la racine, entrainant une guérison profonde de l’origine de l’addiction. Dans les cliniques, les médecins utilisent l’Ibogaïne, le principal actif de l’Iboga, et obtiennent de très probants résultats dans le traitement de la dépendance à différentes substances chimiques et aux symptômes associés. Toutefois, au cours des dernières années, ils se sont aperçus que les bienfaits de l’Ibogaïne ne s’arrêtaient pas à ses propriétés anti-addictives, de nombreux scientifiques et médecins ont en effet constaté les écrasants avantages psychologiques qu’elle présente dans le traitement des troubles du stress post traumatique, en comparaison à d’autres traitements et thérapies, surtout lorsque la cure est associée à une pratique spirituelle comme la méditation ou la récitation d’un mantra. On observe chez ces patients une croissance personnelle et une meilleure perspicacité spirituelle qui favorisent grandement la guérison des traumas et des symptômes.

De nombreuses études observationnelles ont en effet montré des résultats extrêmement positifs dans la réduction des traumatismes et des symptômes du TSPT, comme c’est le cas d’une étude clinique réalisée sur des soldats des forces spéciales de 2015 à 2017, qui met en évidence une forte réduction des symptômes liés au trouble du stress post-traumatique grâce au traitement thérapeutique à base d’Ibogaïne. En outre, des connaissances récentes sur le mode d’action de l’ibogaïne montrent que celle-ci opère des changements dans le cerveau aux endroits même où les troubles de stress post traumatiques et les symptômes tels que la dépression et l’anxiété se manifestent. Celle-ci réduit notablement les troubles de la personnalité associés au traumatisme en rééquilibrant les deux hémisphères cérébraux. En conclusion, l’expérience clinique et les études menées montrent que l’Ibogaïne supprime les symptômes des troubles du stress post traumatique tout en réparant les altérations neurologiques causées par le traumatisme. Ces découvertes cliniques et scientifiques ouvrent un champ d’exploration et d’exploitation thérapeutique considérable.

D’après notre expérience – nous traitons des personnes avec l’Iboga depuis près de 15 ans – la poudre de l’écorce de la racine d’Iboga donne les mêmes résultats. Nous préférons d’ailleurs l’usage de l’Iboga sous cette forme car pour nous, les plantes chamaniques sacrées sont dotées de leur propre conscience et possèdent une science de la guérison remarquable. Nous ne voyons donc pas l’intérêt d’isoler les molécules du reste de la plante mais reconnaissons que cette pratique peut être utile dans le cadre de traitement en clinique privées.

Comment l’Iboga traite les troubles du stress post-traumatique ?

La façon la plus efficace d’affronter et de guérir les troubles liés à un stress post-traumatique (TSPT) est d’amener le patient à revivre les événements survenus lors du trauma dans un état de conscience qui lui permet cette fois de dépasser le choc, la déflagration émotionnelle et leurs conséquences dévastatrices. En affrontant de façon positive les événements traumatiques survenus et les émotions refoulées associées, son cerveau devient capable de traiter les informations au lieu de rester « bloqué » dans une version traumatique des événements qui se rejouent dans son esprit et dans son corps de façon continuelle et extrême. En outre, il n’a plus besoin de créer des schémas neurologiques pathologiques pour « survivre » à cette décharge permanente de stress et de terreur.

La bonne nouvelle c’est que l’Iboga procède exactement de cette façon : elle met en place un processus extrêmement thérapeutique, sain et bénéfique pour la personne traumatisée en lui permettant de revisiter la mémoire traumatique, les événements qui en sont à l’origine, les émotions piégées dans le corps et dans l’esprit, sans la tension émotionnelle qui s’est produite pendant les événements. Celle-ci revit les choses tout en étant extérieure au phénomène et se sent « protégée » par l’esprit de la plante. Elle entre alors dans un état d’esprit introspectif positif qui lui permet d’intérioriser les événements et d’en saisir les conséquences sur sa psyché et sur sa vie : accès de panique, terreur nocturne, syndrome du « fuir ou combattre », anxiété, schémas de pensées pathologiques, psychoses…

La Recherche a elle-même mis en évidence la capacité de l’Ibogaïne à transmettre aux personnes une expérience introspective et guérisseuse de ce qu’elles ont vécu, comme en témoignent des études américaines menées sur les vétérans de guerre. Ces derniers ont largement validé la valeur thérapeutique des psychédéliques – y compris de l’ibogaïne – et leur action hautement bénéfique sur les traumatismes. Tandis que les troubles du stress post traumatique livrent l’individu aux assauts constants de souvenirs horribles et d’émotions très douloureuses, sous Ibogaïne, les comportements et les traits de personnalité peuvent être compris à travers une perspective objective et libérée de l’émotion.

L’introspection psychologique induite par l’Ibogaïne (et par l’Iboga) révèle au grand jour les mécanismes qui gèrent toutes les réponses comportementales et émotionnelles, les troubles compulsifs comme les répétitions inutiles de psychoses, ce qui met un terme aux schémas neurologiques pathologiques et aux réponses inadaptées de l’organisme. Les personnes sont alors en mesure de comprendre comment les événements survenus ont contribué à leur situation actuelle. Au cours d’un traitement à l’ibogaïne ou à l’Iboga, les espoirs et les intentions de guérison surgissent du subconscient, et sont ensuite reçus et acceptés par l’esprit, ce qui génère un processus d’auto guérison. Grâce à cette intégration saine, objective et détachée des données liées aux événements traumatiques, les bienfaits thérapeutiques continuent de se manifester au cours des premières semaines et des premiers mois suivant la cure. C’est pourquoi les personnes traitées rapportent souvent qu’elles ont pu voir et comprendre leurs caractéristiques psychologiques fondamentales, ce qui les aide par la suite à laisser aller le passé pour aller de l’avant.

L’Iboga : une approche holistique qui fait toute la différence

L’Iboga, tout comme l’Ibogaïne, apporte une approche holistique au traitement des troubles du stress post-traumatiques car elle intervient à la fois sur le corps et sur l’esprit. Elle agit en effet sur les différents plans psychologique, neurologique, physiologique et spirituel. Il est à noter que ses effets peuvent être considérablement décuplés lorsque la prise d’Iboga est associée à une pratique spirituelle comme la méditation, la récitation d’un mantra et la prière. Cette approche spiritualisée de la guérison est celle qui, selon notre expérience, donne les meilleurs résultats et garantit à la personne l’expérience la plus confortable et la plus rassurante possible. C’est pourquoi nous avons développé, au fil de notre expérience, un parcours thérapeutique qui donne la part belle à la préparation psychologique, énergétique et spirituelle avant toute prise de plante chamanique.

Un autre avantage de l’Iboga est que contrairement à d’autres médicaments hallucinogènes, elle ne provoque pas de distorsions de la réalité ou de troubles de la pensée. Ce que la personne ressent et voit pendant le traitement, ce sont des pensées et des sentiments qui viennent de l’intérieur, sans influence extérieure. La personne acquiert une perspective sur son passé, présent et futur sans qu’à aucun moment, sa perception ne soit influencée par des facteurs environnementaux qui causent des distorsions.

Traitement du TSPT par l’Iboga : l’expérience de Thérapie Anankea

Depuis que nous offrons des séjours thérapeutiques à base d’Iboga et d’autres plantes chamaniques, nous avons Ganji et moi eu l’occasion d’accompagner plusieurs personnes atteintes de troubles du stress post-traumatique sur la voie de la guérison. La violence et les abus sexuels sont malheureusement les causes les plus fréquentes de traumatismes et de troubles de la personnalité, mais nous avons également connu un homme victime d’un grave accident de voiture. Au cours de cette expérience extrême, son frère, le conducteur, est décédé, lui-même est passé tout près de la mort, l’accident l’a plongé dans un coma profond pendant près de 10 jours. Cet événement hautement traumatique a déclenché chez lui une sorte de crise spirituelle profonde avec d’importantes prises de conscience et remises en question, ce qui a modifié sa perception de la vie et sa façon d’être. Il dit vivre beaucoup plus au présent et apporter plus d’importance aux personnes qui lui sont chères comme aux choses essentielles de la vie. Il passe par exemple beaucoup de temps en foret, a modifié son régime alimentaire, et quitté un emploi dans lequel il était enlisé depuis plus de 20 ans. Quand nous l’avons rencontré, il recherchait une approche thérapeutique qui intègre et respecte ses nouvelles valeurs et aspirations spirituelles.

Toutes ces personnes, qu’elles soient victime d’abus, de violence ou d’un accident, ont participé au Parcours thérapeutique Anankea dans son entier, c’est-à-dire qu’elles ont bénéficié de notre accompagnement thérapeutique et spirituel d’une dizaine de séances avant de prendre l’Iboga à nos côtés. C’était pour nous absolument nécessaire de les préparer tant sur le plan psychologique que sur le plan spirituel, l’expérience nous ayant montré que la réceptivité au traitement par l’Iboga et son efficacité ne sont pas du tout les mêmes avec ou sans préparation psycho-spirituelle.

Dans chaque cas, quelque soit la problématique de fond, nous avons pu observer certaines constantes : agitation, irritabilité, insomnie, excès de chaleur, pression interne extrême (l’une des jeunes-femmes frisait le burn out et ne parvenait pas à ralentir la cadence au travail), ainsi que des systèmes de pensées parasites. Chez les femmes et le jeune-homme ayant subi des maltraitances physiques et/ou sexuelles, nous avons noté une dévalorisation extrême et un dégoût de soi intense assortis de pensées et de schémas comportementaux masochistes qui allaient systématiquement dans ce sens et renforçaient ces croyances. L’une des femmes avait également développé une psychose à la suite de mauvais traitements répétés pendant des années. Ces personnes étaient toutes sujettes à des attaques d’anxiété régulières, mais c’est l’homme victime de l’accident de voiture qui subissait les assaults de panique et de terreur nocturne les plus agressifs.

Dans tous les cas le traitement à l’Iboga s’est avéré bénéfique et salutaire, même si un suivi thérapeutique reste indispensable suite à la cure pour accompagner ces personnes dans leur guérison et cheminement intérieur, car tout ne s’arrête pas à la prise de plantes. Il est intéressant de préciser que pour chaque personne, le vécu sous Iboga a été complètement différent. Certaines n’ont même pas vu de scènes ou d’allusion à ce qu’elles avaient vécu par le passé, et pourtant, les résultats étaient bien là. Chaque individu est différent, les traumatismes le sont aussi et entrainent des complications pathologiques très différentes en fonction de la nature de l’événement, du contexte, de l’âge, de la personnalité, de la spiritualité (existente ou non) de la personne, et de bien d’autres facteurs encore. Ainsi, pour chaque patient et chaque problématique, l’Iboga opère de façon différente mais toujours avec une grande intelligence et une précision extrême. Nous avons également constaté que le processus de guérison s’est à chaque fois, poursuivi largement après la prise d’Iboga.

Conclusion

L’expérience introspective qu’offre l’iboga (ou l’Ibogaïne) serait cruciale pour les victimes traumatisées parce qu’elle permet de découvrir quel événement (ou quels aspects de cet événement) leur a causé le plus de douleur, comment et pourquoi cet événement a généré les troubles développés par la suite, de quelle façon cela a affecté leur personnalité et leur vie. Plus encore, l’Iboga permet, à travers les multiples prises de conscience, l’assainissement des schémas pathologiques, le rééquilibrage énergétique et biochimique, de trouver une solution interne à la souffrance et de réparer largement les dommages et séquelles causés par le TPST.

Iori & Ganji

Cet article a été élaboré à partir des travaux, articles et études suivants :

https://www.prnewswire.com/news-releases/ibogaine-treatment-for-trauma-301243499.html

https://ibogainerevelations.com/ibogaine-and-ptsd

https://maps.org/news-letters/v08n1/08105and.html
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7359647/
https://erowid.org/chemicals/ibogaine/ibogaine_article3.shtml

Médecine énergétique, Santé corps et esprit,
, ,