Enseignement

Les véritables origines de l’Homo Sapiens

D’où vient l’Homo Sapiens et est-il réellement le fruit d’une évolution naturelle? Dans cet article nous vous proposons une vision bien différente de la version officielle. Car selon nos sources, l’humanité aurait été créée de toute pièce par une civilisation avancée.

En effet, les indices qui montrent que notre civilisation pourrait prendre naissance dans une civilisation lointaine d’origine extraterrestre sont nombreux, comme en témoignent les travaux (dénigrés évidemment) du chercheur et écrivain Zecharia Sitchin. On a également découvert récemment dans notre ADN des traces de gènes néandertaliens. Alors qui sommes-nous et d’où venons-nous réellement ? Force est de constater que les origines de notre humanité demeurent encore à notre époque un grand mystère. Nous avons donc décidé de donner la parole à notre guide et esprit-protecteur Iurikan puisque celui-ci a vécu il y a 40 000 ans sur notre Terre et assisté à la naissance du premier Homo Sapiens. Les propos que vous allez lire sont donc une retranscription fidèle de notre entretien avec lui.

L’Homo Sapiens est-il le fruit d’une évolution naturelle ?

« Pour expliquer l’apparition de l’Homo Sapiens, votre civilisation a retenu pour la majorité la théorie du Darwinisme qui décrit « l’évolution biologique des espèces par la sélection naturelle et la concurrence vitale »*. L’homo sapiens serait donc le résultat d’une longue évolution naturelle et sélective. Sans être fausse, cette théorie ne s’applique pourtant pas à votre espèce. N’avez-vous pas remarqué, pour ceux et celles qui se sont penchés sur le sujet et ont peut-être lu le livre de Yuval Noah Harari, Sapiens, que votre humanité ne ressemble en rien aux espèces d’hominidés présentes aux quatre coins du monde il y a plusieurs dizaines de millénaires ? Celles-ci s’étaient en effet développées de façon naturelle, en suivant le schéma de Darwin. Votre humanité est très différente, elle est extrêmement technicisée, produit des objets et des technologies dans une quantité jamais vue, comparée sans aux productions des espèces ayant suivi une évolution naturelle.

Par ailleurs, l’Homo Sapiens est anormalement déconnecté de son environnement naturel, de l’univers, du langage de la Vie et de lui-même ! Il ne peut pas prévoir les catastrophes naturelles, contrairement aux animaux, il est totalement démuni face à la maladie qu’il subit, ne sait pas lire dans les astres, n’a aucun accès à toutes les vérités fondamentales et vitales à son épanouissement, à sa préservation et à sa santé. Il vit enclavé dans son mental et cette condition terrible le rend totalement tributaire des objets, technologies, scientifiques, politiciens, religions et autres systèmes de pensées aliénants et agressifs, ce qui le propulse dans une course effrénée et sordide au progrès, qui entraîne à son tour un mouvement de pollution et d’exploitation sans fin. Le résultat de votre déconnexion aux langages de la Vie et de la Terre est que votre civilisation est en train de s’auto-détruire à vitesse grand V. On peut donc en effet se demander si le terme « sapiens », dérivé du latin signifiant « intelligent, sage, raisonnable, prudent », est vraiment approprié pour caractériser votre humanité. L’Homo Sapiens est-il un être si éclairé et si évolué ? Et est-ce normal qu’il soit le seul être vivant à fabriquer autant d’objets, à faire la guerre avec ces objets, à saccager à ce point son environnement ? Est-ce vraiment dans l’ordre des choses ? C’est espèce est bizarre, vous ne trouvez pas ? Le fait est que votre humanité pose un grand point d’interrogation. À bien des égards, elle est une anomalie dans l’ordre naturel des choses.

Représentation stylisée de l’apparence des pères fondateurs de l’Homo Sapiens, issus d’une civilisation extraterrestre: selon la description de Iurikan, ceux-ci avaient un crâne allongé vers le haut et de grands yeux

Heureusement, il existe d’autres théories pour expliquer l’apparition de l’Homme dont certaines rejoignent les faits, comme la vision de Sitchin, pour qui l’Homo Sapiens tire ses origines d’une civilisation extraterrestre. Seulement cela reste assez vague. Certes, on a retrouvé des bas reliefs, des peintures, des sculptures, des pierres gravées et des architectures monumentales aux quatre coins du monde qui témoignent explicitement de l’existence de cette civilisation. Cet héritage précieux représente notamment leur physionomie et leurs vaisseaux spatiaux, on y découvre un peuple impressionnant de demi-dieux, qui seraient les pères fondateurs de l’humanité actuelle, et étaient manifestement vénérés par les civilisations anciennes qui leur ont érigé des lieux de cultes impressionnants. Mais s’agit-il de faits réels ou de simples croyances ? Ces extraterrestres ont-ils vraiment existé ou les a-t-on créé pour expliquer l’ordre des choses ? Enfin, si des extraterrestres sont vraiment aux origines de l’Homme, comment les ont-ils enfantés ?

Il y a près de 40 000 ans j’ai vécu sur Terre. J’étais membre de cette civilisation et j’ai assisté à la naissance du premier Homo Sapiens. Je vais donc tenter, à la demande de Ganji et Iori, de vous éclairer sur les origines de votre civilisation. »

À quoi ressemblait la Terre avant l’apparition de l’Homo Sapiens?

Il y a environ 70 000 ans, ma civilisation n’était pas encore implantée sur Terre. Votre planète était un astre bien différent sur le plan énergétique. À l’époque, l’énergie terrestre était extrêmement riche, dense et pure, elle était aussi qualitative que l’énergie vitale que vous pouvez rencontrer en montagne, lorsque vous atteignez les 4000 mètres d’altitude. Imaginez un instant, la Terre était emplie de cette précieuse énergie de vie absolument partout : à la surface, dans les airs, et dans les océans. Tous les êtres vivants s’alimentaient pleinement de cette énergie vitale.

Parmi les hominidés, vivaient de très nombreux clans néandertaliens mais pas seulement. Les différents continents étaient peuplés par beaucoup d’autres espèces d’hominidés qui se ressemblaient le plus souvent mais pas toujours, parfois on pouvait rencontrer deux espèces très différentes l’une de l’autre, vivant à seulement une centaine de kilomètres de distance! Néandertaliens et autres hominidés étaient issus de l’évolution naturelle, ces espèces étaient bel et bien terrestres. C’étaient selon moi des êtres extrêmement évolués, bien plus que l’Homo Sapiens, car eux, ils avaient accès au langage de la Vie, ils connaissaient tout des sciences fondamentales et sacrées de l’existence : les plantes, les astres, les éléments, ils pouvaient prévoir les catastrophes naturelles, ils avaient un accès direct, intuitif, à la vérité. Ils sentaient et savaient lire directement en eux, dans leur corps, ils étaient capables de voir à l’avance ce qui allait se passer. Ils avaient en outre un corps bien plus adapté à la vie terrestre que le vôtre. Ils vivaient en respect avec la Terre, les Éléments et l’Univers.

Les chefs de tribu avaient quant à eux une plus grande science encore, grâce à leur dimension spirituelle et médiumnique, ils avaient de constants échanges avec l’au-delà, avec les esprits et avec les entités du monde supérieur, ils lisaient les événements passés et à venir, ils possédaient également la science de la guérison. La maladie en ce temps-là n’était pas un mystère et on pouvait facilement la prévenir ou la guérir.

Mais toute cette Science Sacrée s’est perdue.

La Terre était alors un véritable jardin d’une beauté à couper le souffle. Mais elle n’était pas pour autant un endroit paradisiaque car les forces noires* y étaient présentes depuis des millions d’années déjà, et y semaient le trouble. Elles provoquaient souvent des conflits entre tribus d’une violence et d’une sauvagerie inouïes, de nombreux clans furent ainsi exterminés. Les chefs s’efforçaient, grâce à leur science et à leur sagesse, de préserver leurs communautés mais ce n’était pas toujours possible.

Néandertalien

Néanmoins à cette époque, l’énergie de vie était partout si présente et si riche que les tribus néandertaliennes et celles des autres hominidés étaient moins « embêtées » par les forces noires puisque celles-ci se nourrissaient directement de l’énergie vitale contenue dans l’air, ce qui changea par la suite, lorsque le ciel s’assombrit et se ferma à cause de la pollution. À l’ère industrielle, l’énergie se raréfia et s’appauvrit considérablement. Pour contenter leur voracité, les forces commencèrent à piller l’énergie vitale des êtres humains, elles encouragèrent la prolifération de votre espèce et son agglomération dans de grandes mégapoles afin de mieux contrôler l’humain et disposer de plus d’énergie. L’Homo Sapiens devint totalement asservi et exploité par ces entités négatives, dès la naissance, alors même qu’il n’avait aucune idée de leur existence puisqu’il la science des anciens s’était perdue.

* Les forces noires : entités négatives archaiques qui évoluent dans la dimension éthérique. Pour plus d’infos, consultez les articles suggérés à la fin de cet article ou la rubrique FAQ.

Aux origines de l’Homo Sapiens, une civilisation extraterrestre

Ma civilisation était une civilisation de pollueurs. Extrêmement avancés sur les plans technologique et ésotérique, nous étions tout à la fois de grands scientifiques (d’un niveau jamais égalé par les scientifiques humains) et de grands sorciers, fascinés par le mal, les astres noirs, les entités négatives, le pouvoir, le progrès et la technologie. Nous n’étions pas du tout liés à la Source (le plan supérieure Divin), et manquions cruellement de valeurs. C’était là notre principal problème. En quelques siècles, nous avons transformé notre planète d’origine en une monstruosité, nous avons absolument tout détruit pour le « bien » de notre civilisation. Nos sols étaient pollués, notre air était dévasté, nous respirions des métaux lourds à longueur de temps, du sulfure entre autres choses ! Notre peuple mourait et les trois quart de la population était malade. Il nous fallait trouver une autre planète habitable, mais avant toute chose, cette planète devait nous faire du bien, avoir un effet guérisseur sur nous. C’est pourquoi parmi tous les astres étudiés, la Terre retint particulièrement notre attention. La qualité de son air et de son énergie y était absolument remarquable et pouvait nous sauver.

Cependant votre planète se trouvait à l’autre bout de l’univers, par rapport à la nôtre. Si nous avions dû user de vos moyens de locomotion, nous aurions mis un million d’années pour arriver… Nous avons alors eu recours à une technologie avancée que nous utilisions pour contracter l’univers. Imaginez que l’univers soit une bande : nous avons pris les deux bouts de cette bande et les avons raccordés entre eux, ce qui a généré un couloir spatio-temporel, un raccourci, à travers lequel nous sommes passés. De cette façon, il nous a été très facile de parvenir rapidement jusqu’à la Terre. Nous sommes ainsi apparus de nulle part, tout près de votre lune. Nos vaisseaux apparaissaient dans votre voûte céleste comme des flashs de lumière intense, surgis de nulle part.

Nous fûmes des millions à débarquer. Tout notre peuple se déplaça. Seuls quelques aliénés mentaux, prisonniers et opposants restèrent là-bas, et ils y moururent, naturellement.

Une fois sur place, nous nous dispersâmes et nous établîmes en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, en Mésopotamie (Iran et Irak) et en Afrique, autour du Nil, qui était à l’époque un jardin merveilleux. Il y eut bientôt des colonies partout.

La création in vitro de l’Homo Sapiens

Comprenez bien que la Terre ne nous intéressait vraiment. Nous étions surtout préoccupés par ce qu’elle pouvait nous apporter. Cela vous rappelle probablement d’ailleurs le rapport que votre civilisation entretient avec votre planète!

Grâce à la qualité énergétique de l’atmosphère terrestre, notre peuple guérissait. Mais nous n’étions pas pour autant adaptés à cette atmosphère, sur notre planète d’origine l’oxygène était quasiment absent. Malgré la guérison, nous restions donc faibles car nous subissions l’agression des gazes propres à la composition de l’air terrestre. Amoindris, nous peinions à effectuer les gros travaux, même les plus robustes d’entre nous n’étaient pas de taille. Nous comprîmes vite qu’il fallait trouver une solution pour améliorer nos conditions de vie si nous voulions survivre. Et cette solution fut, comme le dit bien Sitchin, le recours à l’esclavagisme. Nos premiers essais se révélèrent désastreux. Nous tentâmes d’abord de réduire en esclavage différentes tribus que nous avions déportées mais celles-ci résistèrent évidemment, elles n’avaient pas le même langage, les mêmes codes que nous, et ne se laissaient pas soumettre. Cela générait beaucoup trop de violence. Paradoxalement, notre civilisation détestait la violence. Nous étions « mauvais » mais fondamentalement anti violence. La violence et la guerre sont le propres de la Terre et viennent de l’influence des forces noires.

Nous fîmes différents essais et il y eut maints débats, mais les échecs s’accumulaient. Nous décidâmes alors d’organiser un concile où tous les grands scientifiques, intellectuels et ingénieurs se réunirent. J’étais alors un jeune scientifique et depuis toujours, je me démarquais de mes semblables par mon esprit philosophe, j’aimais penser et me poser des questions, j’étais très profond. On se moquait gentiment de moi d’ailleurs, car les philosophes étaient considérés comme de gentils rêveurs qui se posent des questions qui ne servent à rien. Attristé par les souffrances et les pertes que mon peuple subissait mais également par la violence infligée aux tribus, je voulus trouver une vraie solution. J’eus alors l’intuition que l’esclave parfait est celui que l’on crée soi-même. La solution serait donc de créer un individu de toute pièce. Celui-ci serait notre enfant, et l’on sait qu’un enfant respecte et se soumet naturellement à l’autorité de ses parents, qu’il considère d’ailleurs comme des demi-dieux. On trouva mon idée brillante car elle permettait de déjouer subtilement la violence et de mettre tout le monde d’accord, elle fut accueillie à l’unanimité. L’esclave parfait devrait donc être à la fois à notre image tout en étant parfaitement adapté à la vie terrestre. Nous résolûmes de croiser les gènes d’individus issus de notre espèce avec ceux des hominidés terrestres. On crut beaucoup en moi car j’étais à l’origine de cette idée et le Commandeur me chargea de créer une équipe pour mener à bien mon projet : la création du premier Homme. C’est à ce moment que mon périple initiatique débuta, alors que je ne m’y attendais le moins. J’ai transmis le récit complet de ce que j’ai vécu à Ganji par voie médiumnique (channeling) et cela a donné naissance au livre Les Fils de l’Aurore que vous pouvez trouver sur ce site.

Ainsi, au moment où je me voyais chargé de tous les honneurs et que mon peuple plaçait en moi ses derniers espoirs, Ea, la divinité protectrice de la Terre et de toute vie, m’apparut. Votre civilisation a perdu la mémoire de cette déesse car celle-ci évolue dans la dimension éthérique de votre monde – à laquelle vous n’avez pas accès – tout comme les esprits, les forces noires et les entités angéliques. Cette divinité protectrice néanmoins existe, nous l’appelions Ea. En me contactant, son but était de me dissuader de créer un esclave et de m’encourager à revoir nos plans. Je me sentais comme un traître envers mon peuple, un véritable dilemme pour moi. Mais celle-ci sut me convaincre. Fasciné par son incroyable beauté et l’énergie sublime qui émanait d’elle, je la laissai changer mon cœur. Ea insuffla alors l’amour en moi. C’était une énergie toute nouvelle car mon peuple en était totalement dépourvu. Contrairement aux êtres humains qui ont besoin d’amour pour vivre, notre cœur fonctionnait différemment. Chez nous tout était pragmatique, fonctionnel, et à base d’échanges sorciers. Mais la science de l’amour est une science énergétique très puissante. Et la divinité me montra une chose prodigieuse que je n’aurais jamais imaginée : je découvris que la nature de la Terre, son ADN, c’est l’Amour. En effet, votre noyau terrestre est vivant et il fabrique de l’amour d’une puissance énergétique phénoménale ! Bien plus que de la lave en fusion, il s’agit d’un mini soleil, il est pour cette raison intimement lié et en constante interaction avec votre Soleil. Et qu’est-ce que le Soleil si ce n’est un astre qui produit de l’amour en permanence ? Celui-ci n’est que don, don et création de la vie à chaque instant. Pensez-y. Ce n’est pas un hasard si le grand Akhenaton vouait un tel culte au Soleil. Ainsi votre planète produit de l’amour et votre terre, votre air, les végétaux, et tout ce qui y vit en sont chargés. Mais les forces noires génèrent une énergie opposée, elles détruisent, absorbent et amoindrissent considérablement cette énergie. Depuis des millénaires, ce sont elles qui s’évertuent à couper les êtres humains de l’amour.

Lorsque Ea a travaillé mon corps et que je suis devenu capable de sentir tout cela, j’étais complètement bouleversé, touché au plus profond de mon être. Tout mon monde de croyances, de certitudes, de valeurs s’est effondré et j’ai dû tout revoir. Surtout, je ne croyais plus en ma civilisation ni en ce projet. Je ne voulais surtout pas être mêlé à la création d’un être inférieur, condamné à la souffrance et à l’indignité. Je compris donc parfaitement ce que Ea attendait de moi. Celle-ci avait des projets, elle voulait que je voyage, que je quitte ma colonie pour aller à la rencontre des tribus d’hominidés et de néandertaliens, que j’apprenne à les connaître et que je sois enseigné par eux. Moi-même, j’étais très désireux de le faire, je n’avais plus que cela en tête. Je formai donc une équipe mais au lieu de me consacrer au projet initial, je les emmenai avec moi dans mon périple. Ceux-ci ne tardèrent pas à se liguer contre moi, comme le je raconte dans Les Fils de l’Aurore. De même, ma civilisation comprit rapidement que je les avais trahis et je dû poursuivre mon chemin seul. En fait, dès le moment où je répondis par l’affirmative à la proposition d’Ea, les forces noires contactèrent mon peuple pour leur proposer une alliance. Ensemble, ils donneraient naissance à l’Homme, malgré mon désaccord. Cette espèce deviendrait esclave de mon peuple tout en servant de nourriture énergétique aux forces. Elle deviendrait au fil des millénaires, extrêmement agressive et destructrice, comme le souligne Yuval Noah Harari dans Sapiens. Peut-être comprenez-vous mieux pourquoi à présent…

L’évolution de l’humanité et le déclin de cette civilisation

C’est ainsi que votre humanité fut créée. Mais le premier prototype n’avait pas d’âme. Les individus avaient le regard vide et étaient totalement débiles, dépourvus de toute conscience. Il fallut à mon peuple un nombre incalculable d’essais (qui donnèrent lieu à des monstruosités sans nom) avant que ce dernier ait l’idée de faire appel à des âmes non terrestres, désireuses de s’incarner. Un accord fut alors passé entre ces âmes et mon peuple. Mais l’histoire ne s’arrête pas là… De mon côté j’eus un enfant avec une femme néandertalienne, celui-ci naquit de notre amour et bien entendu, il avait une âme. Il y eut donc toute une lignée d’individus humains très différents de ceux que mon peuple avait généré.

Les colonies d’êtres humains se développèrent et donnèrent naissances à de grandes civilisations qui, dans un premier temps vouèrent un culte à notre peuple. Nous étions pour eux des dieux. Mais au fil des siècles, ma civilisation perdit tout contrôle, l’humanité devenait bien trop nombreuse. Mon peuple fut obligé de quitter la planète et de laisser l’humanité à son triste destin, entre les mains des forces noires…

Il y a quelques années j’ai chargé Ganji et Iori de recueillir mon histoire dans Les Fils de l’Aurore pour transmettre à votre humanité la vérité sur ses origines et sur cette planète (la présence des forces noires). Mon but étant de permettre aux plus grands nombres d’entre vous de retrouver le chemin de la Science des anciens, de la guérison et de l’épanouissement personnel. Je crois en votre espèce et lui souhaite de se libérer et de reconquérir sa pleine dignité. »

IURIKAN

Quelques mots sur notre guide Iurikan

Iurikan est un esprit protecteur et enseignant qui nous accompagne, nous oriente et nous enseigne depuis de nombreuses années grâce à la médiumnité de Ganji. Celui-ci a vécu sur Terre il y a 40 000 ans, à l’aube de l’humanité et faisait partie de cette civilisation extraterrestre fondatrice de notre humanité.

Après cette incarnation, Iurikan a vécu d’autres vies sur Terre en tant qu’être humain, ce qui l’a lié toujours plus au destin de l’humanité. Il a évolué tant et si bien que le cycle de ses incarnations a pris fin. Mais son empathie extrême pour les êtres humains, ainsi que toutes les connaissances accumulées de vie en vie sur la réalité invisible de notre monde lui ont conféré un statut particulier : il est devenu médecin et transformateur de destinée. Il intervient aujourd’hui pour transmettre les connaissances et les outils nécessaires à la guérison et à l’évolution des personnes qui souhaitent combattre l’illusion, la maladie et la fatalité. Fidèle aux valeurs et au combat qui furent les siens dans cette vie lointaine, il permet à l’être humain de recouvrir la santé, la lucidité et de se libérer de ses chaînes. Plus que tout, il promeut la dignité, la liberté personnelle et l’accès à l’Amour universel.

Iurikan a poursuivi dans l’au-delà son ascension spirituelle et est aujourd’hui le digne et fier représentant des valeurs, de la bienveillance et de la science divines. Il est également, ce que nous nommons dans notre culture judéo-chrétienne, un ange.

Ganji et Iori

Chamanisme, Enseignement,