Santé corps et esprit, Témoignages

Changer notre rapport à l’amour grâce aux plantes chamaniques : témoignage

Désireuse de comprendre les mécanismes pervers de l’amour, cette femme déterminée est venue passer quelques jours à nos côtés pour découvrir le pouvoir guérisseur et enseignant des plantes chamaniques dans le cadre de nos retraites thérapeutiques. Elle partage avec nous son expérience, riche et transformatrice.

Céline, 50 ans, thérapeute, France.

1 As-tu aimé ton séjour ?

Oui, j’ai beaucoup apprécié mon séjour ! Qui est passé à une allure vertigineuse ! C’est le cas de la dire 

La région d’accueil est magnifique, préservée et dépaysante. Ganji et Iori ont su me faire sentir à l’aise dans leur maison, et m’ont fait profiter des alentours, au cours de belles promenades et de visites pittoresques près de chez eux, soirée film et soirée danse, crêpes et pain maison ! .

2 Comment s’est passée ta préparation ?

Grâce à la préparation « psy », exercices/ questionnaires/échanges en live sur ma vie, mon parcours et mes challenges personnels et professionnel, Ganji m’a aidé à mettre en évidence des aspects que je n’avais pas vu sous son angle, et cela m’a permis d’approfondir ma compréhension de ce qui se jouait en mon for intérieur, et qui était à l’origine de ma problématique.

J’ai plongé dans le protocole, en toute confiance, ne sachant pas du tout où il allait me mener, et ne me formalisant pas les fois où je faisais du hors-sujet. Quand faut y aller, faut y aller !

La préparation énergétique, au cours de séances de méditation et avec le rituel de Salut au ciel, m’a permis de connecter avec la dimension énergétique comme jamais avant.

3 T’es-tu sentie prête pour ce travail ?

J’ai beaucoup apprécié le travail de préparation en amont, oui, grâce auquel j’étais vraiment en confiance, ainsi que le fait d’être seule avec Ganji et Iori (plutôt qu’en groupe) pendant le séjour. Totalement néophyte dans le domaine des plantes sacrées, je ne me serais jamais lancée dans ce genre d’expérience sans la confiance que j’ai eu en Ganji et tout ce travail de préparation.

4 Quels étaient tes défis en venant ?

Mon défi de toujours était une sorte de compulsion à me perdre de vue dans le cadre de mes relations amoureuses, laissant toute la place à la relation, à l’autre, à la vie de l’autre, jusqu’à vivre dans son ombre. J’avais traité le sujet sous plusieurs angles, depuis une vingtaine d’années, sans en venir à bout.

5 As-tu fais de grandes découvertes sur toi-même ?

Oui, 2 grandes découvertes !

Pendant la préparation, tout d’abord, j’ai découvert que je supportais assez mal les manifestations d’autorité dans le contexte spirituel, traumatisée par des pseudo-gourous rencontrés de façon répétées dans mon passé. Et surtout que j’avais développé une sorte d’ « égo amoureux » comme d’autres développent un « égo spirituel » et que d’y toucher me rendait explosive, mais surtout que cette sous-personnalité-là, en plus de me desservir de façon évidente, me poussait de plus en plus dans ce travers de m’oublier moi-même au profit de ces amoureux à qui je vouais ma vie.

Quelles surprises !

6 Qu’est-ce qui t’a fait le plus plaisir ?

De voir et d’entendre la voix de mon défunt grand-père pendant la prise d’Iboga.

L’attention que Ganji et Iori m’ont donné pendant que j’étais sous effet des plantes, et donc assez vulnérable.

7 Quel est le meilleur conseil que tu as reçu ?

De me rappeler de prendre contact avec le Divin, au cours de mes journée, de façon très concrète.

8 T’es-tu sentie protégée ?

Oui, tout à fait, même dans les moments les plus « flippants », je savais que Ganji et Iori étaient tout près, à l’écoute et près à me soutenir de façon efficace grâce à leur expertise, si j’en avais besoin.

La prise des plantes s’est déroulée dans un contexte professionnel au top, et je me suis sentie très bien accompagnée tout le long, et à chaque étape.

9 Quel fut le moment le plus vibrant ?

Lorsque, sous effet de Ponga, j’ai entendu parlé la sous-personnalité qui me tenait sous son joug depuis si longtemps, que j’ai vu comment – que je sois soumise ou rebelle à la relation amoureuse – elle me tenait de la même manière. Et le lendemain, quand l’Iboga m’a montré un autre niveau, qui m’a permis de voir comment la veille, la personnalité m’avait « roulée dans la farine », comme elle le faisait depuis toujours sans que je ne le vois (et ça c’est un exploit car je suis très auto-analytique et je ne l’avais jamais vu !!!) Avant la prise, j’avais demandé son aide au Ponga pour mettre à nu ses fonctionnements. Il m’a bien entendue !

Lorsque (c’est pas très glorieux à décrire mais…) lors d’un spasme de vomissement très très très long, j’ai eu l’impression de faire remonter de mon utérus quelque chose qui devait en sortir, sans savoir ce que c’était ou pas…

10 Comment décrirais-tu les plantes sacrées chamaniques ? Leur Esprit ?

Le ponga est doux et rond. Presque tendre. J’ai eu l’impression qu’il classait des fichiers dans mon cerveau, comme un ordi qui fait un reset. Il m’a accompagné d’une main très tendre. Il a beaucoup d’humour et j’ai ri à plusieurs reprise !

L’Iboga m’a épurée. « Vidange totale » physique, émotionnelle et sans doute énergétique, ça je ne saurais le dire (hors domaine d’expertise). Je l’ai perçue vive, tonique, incisive au début, puis après quelques heures, je l’ai perçue douce, réparatrice, aimante, une coulée de miel, comme un amant aimant, comme une maman qui montre…

11 Selon toi quelle est la particularité de l’Iboga ?

Dans mon vécu, l’Iboga m’a invitée -fermement- à m’abandonner. Lorsque ses effets sont montés à leur paroxysme, j’ai vite compris que la proposition (ma seule alternative !) était de m’abandonner à son travail. Pas de place pour le contrôle. Faire confiance. No way back !

Ayant accouché, avec Foi, à plusieurs reprises de façon 100% naturelle, j’ai vite relier ce qui était en train de se jouer dans mon corps à mes accouchements, pendant lesquels ma confiance absolue en mon corps et en ses capacités innées à faire son travail m’ont permis de les vivre comme de magnifiques moments initiatiques. L’Iboga m’a fait le même effet. La confiance absolue que j’avais en Ganji, son expertise, son savoir-faire et son vécu des plantes, m’ont permis de m’ouvrir totalement à la plante et à son travail.

L’Iboga, dans mon vécu, après avoir fait de la place, créé du vide dans mon corps, s’est immiscée dans chacune de mes cellules pour y remettre de l’harmonie, de la fluidité, de l’Amour. J’ai eu l’impression qu’elle me possédait, qu’elle me pénétrait au plus profond, et je l’ai accueillie en moi, comme on accueille un Amant que l’on aime de tout son être…

12 Les plantes chamaniques : à quel niveau ont-elles travaillé en toi ? Quels changements as-tu observé ?

Les plantes chamaniques ont travaillé à un niveau que je ne connaissais pas. Que je ne connais pas… Au-delà de ma tête.

Il y a eu un changement immédiat, pendant la prise, car pour valider ce que je ressentais en moi qui avait bougé, j’ai regardé des photos de « l’homme de mon cœur » dans mon téléphone, et j’ai pu valider de façon flagrante, que je ne le voyais plus du tout avec le même regard. J’ai vu plus de lui, moins de mon désir de lui.

Puis de retour à la maison, l’attitude de ma fille (ado !), assez raide depuis quelques mois à mon égard, s’est transformée comme par magie. Elle a laissé tomber son opposition et nous avons retrouvé notre complicité d’avant sa crise d’adolescence. Aujourd’hui, 2 semaines plus tard, le changement est maintenu.

13 Qu’est-ce que tu aimerais voir changer en toi ces prochains temps ?

À la suite de ce séjour, je pense que je vais découvrir une nouvelle façon d’être en relation avec l’homme – en tant qu’amoureux. Je ne sais pas encore comment, je laisse faire, je laisse émerger. Cette transformation-là est primordiale pour moi, car le domaine amoureux a toujours été le cœur de ma vie et de mes problématiques, et à vrai dire, je ne me sens pas encore de planifier un autre changement. Je préfère profiter, savourer ce qui s’opère en moi, j’ai envie de me laisser surprendre, de vivre cette étape tranquillement, en conscience… Les futurs changements à opérer, s’inviteront d’eux-mêmes, j’en suis sûre , le moment venu !

14 Comment décrirais-tu Ganji et Iori ?

Iori : Douce ET ferme. Communicative. Positionnée. Passionnée. Engagée. Amicale. Maternante quand besoin. Rigolote. Un peu rêveuse ?…  Pro.

Ganji : Présent, à l’écoute. Pro. Expert. Engagé. Passionné. Très positionné. Attentionné. Parfois abrupte mais tout autant délicat…

15 La médecine énergétique selon toi

Aucune idée. On en reparle dans quelques temps.

16 Recommanderais-tu notre accompagnement dans cette rencontre avec les plantes sacrées ?

Je recommanderai, sans aucune retenue, à tous mes amis qui envisagent cette expérience du travail avec les plantes sacrées, de le faire auprès de Ganji et Iori.

Il est encore trop tôt pour moi, pour encourager ceux qui n’ont pas encore choisi les plantes d’eux-mêmes. On en reparle également dans quelques mois, lorsque j’aurai mesuré les effets de ce travail sur le concret de ma vie.

Merci à vous deux,

À toi Iori, pour le lien amical direct et immédiat qui nous a unies, et pour nos longs échanges de femme à femme, et d’auteures.

À toi Ganji, pour la confiance immédiate que tu m’as inspirée et qui s’est tissée encore plus concrètement pendant la période de préparation, et qui m’a conduite à faire cette expérience totalement inédite pour moi, PRENDRE DES PLANTES SACRÉES, sachant que je suis très réservée concernant mon corps et les substances que j’ingère : je suis végétarienne, je ne bois pas, ni ne fume, n’ai jamais pris aucune substance de type drogues, ne prends que rarement des médicaments, et ne confie jamais mon corps à personne (à part à l’ostéo quand je suis toute coincée, et à mon amoureux  bien sûr).

Pour dire à quel point je vous ai fait confiance !

Céline

Un grand merci Céline pour ce témoignage très riche qui permettra à beaucoup de mieux comprendre la médecine des plantes chamaniques!

Ganji et Iori

Médecine énergétique, Santé corps et esprit, Témoignages,
, , ,